Top 5 des langues les plus faciles à apprendre

Si l’apprentissage d’une langue demande toujours du temps et de l’investissement personnel, certaines langues peuvent présenter plus de facilités que d’autres pour les francophones. Plusieurs critères rentrent en jeu, comme la similitude de la construction de phrases ou du vocabulaire, mais bien-sûr tout dépend également de chaque apprenant, son rapport à la langue et son schéma de pensée, sa mémorisation etc…

Découvrez notre liste des 5 langues les plus faciles à apprendre pour les francophones :

– L’anglais

Langue la plus parlée dans le monde (en tant que langue maternelle et langue seconde), l’anglais fait partie aujourd’hui des langues dont l’apprentissage est le plus simple pour les francophones.
Utilisée couramment partout dans le monde aujourd’hui, il est très facile de trouver de nombreuses ressources gratuites dont on peut se servir pour s’entraîner à la compréhension orale et écrite (musique, séries et films avec sous-titres, livres, etc…).
Son lexique se compose en plus d’un grand nombre de mots français, puisqu’un tiers du vocabulaire anglais est issu de la langue française, suite à la conquête du Royaume britannique par Guillaume Le Conquérant en 1066. (Ex : « fruit », « prison », « justice », « silence »…)

Autre avantage de la langue anglaise : son système de grammaire et de conjugaison assez simple (Ex : Au présent, il suffit d’ajouter un -S à la troisième personne du singulier, et au passé la terminaison -ED,  sauf verbes irréguliers, + pas de passé simple ou d’imparfait du subjonctif.)

– L’italien

L’italien et le français partagent une partie de leur histoire et leurs racines latines.  De plus, les 2 langues possèdent une énorme similarité lexicale (Ex : « baguette / bacchetta », « la girafe / giraffa », « moustache / mostaccio », « parler / parlare« …), qui s’explique notamment par la forte influence de la culture italienne sur le reste de l’Europe à l’époque de la Renaissance et de la présence à la cour de France de personnages comme Catherine de Médicis, Marie de Médicis, etc…

Un francophone aura donc certaines facilités à traduire et comprendre des phrases simples en Italien, notamment à l’écrit.

– L’espagnol

Langue fréquemment apprise à l’école en France, dès le collège, l’espagnol est également une langue latine qui partage des racines communes avec le français. La similitude du vocabulaire, de la conjugaison et des syntaxes des deux langues simplifient son apprentissage pour les francophones et permet de faire facilement des liens entre les deux. Un francophone aura donc l’avantage de pouvoir rapidement deviner de nombreux mots très ressemblants (ex : « une tomate / un tomate », « vendre / vender », « apprendre / aprender »…)
L’espagnol est en plus une langue phonétique, c’est à dire qu’il s’écrit comme il se prononce. Il est donc plus facile d’en maîtriser l’expression écrite.

– Le portugais

Également d’origine latine, tout comme l’italien et l’espagnol, le portugais a aussi pour avantage pour les francophones d’avoir le même alphabet que celui français. Le vocabulaire portugais comprend donc de nombreux mots avec la même racine que les mots français (ex : « animation / animação », « facilité / facilidade », « dentiste / dentista »….), dont on devine donc très rapidement la traduction.
Pareil pour l’oral, le portugais partage de nombreuses similarités de prononciation avec le français (notamment les accents, le « s » en fonction de sa position dans le mot, et le « ç ».
Côté grammaire, il ne devrait pas y avoir de grandes difficultés à l’apprendre puisqu’elle se rapproche également beaucoup de la grammaire française.

– Le suédois

Si à la différence des langues citées précédemment le suédois est une langue plus éloignée du français qui peut paraître donc moins naturelle à déchiffrer et à prononcer, elle a pourtant quelques avantages à son compte qui rendent son apprentissage moins compliqué qu’il en a l’air.

En effet, le suédois dispose d’une grammaire assez simple proche de celle de l’anglais. Par exemple, la conjugaison ne fait pas cas de la personne (ex : « je parle, tu parle, il parle, nous parle, vous parle, ils parle… »). De plus, une grande partie du vocabulaire suédois est emprunté à celui français, ce qui permet de facilement en deviner la traduction (Ex : « ingénieur / ingenjör », « paraply / parapluie », « champinjon / champignon », « portmonnä / porte-monnaie ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.